Elsa, 1978. Tirage argentique réalisé par l’artiste d’après négatif original Dimensions : 24 x 18 cm © Carole Bellaïche courtesy galerie SIT DOWN
Elsa, 1978. Tirage argentique réalisé par l’artiste d’après négatif original Dimensions : 24 x 18 cm © Carole Bellaïche courtesy galerie SIT DOWN 

Jeunes filles, 1978 - Carole Bellaïche

10/02/2018 - 10/03/2018

Galerie Sit Down 
4 rue Sainte Anastase 
 
75003 Paris

www.sitdown.fr   

 
(text in French only) 

A l’occasion de la sortie du livre de Carole Bellaïche et Alain Bergala, Entre jeunes filles aux éditions Yellow Now, la galerie SIT DOWN est heureuse de présenter les toutes premières photographies réalisées avec un Pentax Reflex de celle qui ne savait pas encore qu’elle deviendrait la portraitiste de talent que l’on connaît aujourd’hui, imposant un style moderne et libéré des codes de la pose traditionnelle.
 “On est en 1978. Carole Bellaïche a 14 ans. Elle est en seconde. Elle se lance avec ferveur dans le projet de photographier certaines filles de sa classe, un acte d'emprise sur celles qu'elle juge les plus belles. Elle les maquille, les dispose, les déguise, les met en scène dans l'espace hors du temps de la grande maison familiale. C'est un jeu étrange, à la fois léger et sérieux, mais elle n'a pas conscience de faire œuvre de photographe. Peu après cette expérience lycéenne, elle devient “pour de vrai” photographe - elle réalise des portraits d'acteurs et d'actrices pour leurs books. Elle abandonne ses premiers films dans un placard, comme une passade d'adolescence
sans lien avec son nouveau métier.

Les pellicules dorment pendant des années, et s'abîment. Un jour, elle y repense et les exhume. Le temps de latence est achevé : les images ressurgies du passé sont bien celles d'une jeune fille de 14 ans qui ne savait pas qu'elle était photographe. Elles sont devenues “autres “car elles ont été,pour la plupart, rongées, partiellement effacées, mais aussi ornées, redessinées, recréées par le travail chimique et inconscient du temps. Elles sont devenues autres car Carole Bellaïche peut les voir désormais comme une expérience fondatrice pour son travail de grande photographe d'actrices“.
Alain Bergala, essayiste.